Dans ce qui pourrait constituer une volte-face rhétorique stupéfiante, le Pape François aurait souhaité revenir sur de précédentes déclarations, faisant l’éloge du Président Mahmoud Abbas, de l’autorité Palestinienne et il a désigné les détracteurs d’Israël comme étant des « antisémites ». 

Dans des confidences faits au journaliste israélo-portugais chevronné Henrique Cymerman, jeudi, celui-ci cite le PapeFrançois, disant que « Quiconque ne reconnaît pas le peuple juif et l’Etat d’Israël – à travers leur droit à l’existence – se rend coupable d’antisémitisme ». 

On dit aussi que le Pape François serait revenu sur ses déclarations qu’on l’aurait entendu faire, précédemment, ce mois-ci, qui dé »signerait Abbas lui rendant visite comme « une sorte d’ange de la paix ». 

Le Pape se souvient clairement avoir dit en italien à Abbas qu’il espère que le chef palestinien puisse un jour, devenir un ange de paix, à l’avenir, selon Cymerman – mais, de toute évidence, il est encore loin d’avoir atteint un tel niveau. 

image: http://cdn.timesofisrael.com/uploads/2015/05/F130909MS63-305x172.jpg

Jewish-Portuguese journalist Henrique Cymerman, August 03, 2013. (Moshe Shai/FLASH90)

 Ces commentaires ont été envoyés par le Pape , par écrit ,à Cymerman, en même temps qu’au Rabbin argentin Abraham Skorka, l’un de ses homologues juifs les plus proches, dans le cadre du dialogue interreligieux, à la suite de l’approche tentée par ce duo, après sa rencontre avec Abbas, selon la 2ème chaîne israélienne. 

Au beau milieu de la tempête provoquée par l’interprétation donnée à ses précédents commentaires, le Vatican avait d’abord clarifié sa position – en affirmant qu’il n’avait pas attribué la qualité « d’ange de paix » à Abbas, mais lui avait, plutôt dit  » qu’il pourrait devenir une sorte d’ange de la paix » – et il s’en était, ensuite excusé, en affirmant que ces remarques n’étaient pas destinées à « offenser quiconque ». 

Le Pape François avait fait ce compliment au cours des traditionnels échanges de cadeau, à la fin d’une audience officielle au Palais Apostolique. 

Cette visite d’Abbas survenait quelques jours après que le Vatican ait finalisé un traité bilatéral avec « l’Etat de Palestine » (?), ce qui rendait explicite sa reconnaissance d’un Etat Palestinien, s’attirant alors les vives protestations d’Israël. 

image: http://cdn.timesofisrael.com/uploads/2015/05/Capture5-e1432833406289-305x172.jpg

Rabbi Abraham Skorka with Pope Francis in the Vatican, May 21, 2014. (Youtube screenshot / HolylandPilgrimage)

Le Vatican avait fait savoir qu’il avait exprimé « sa vive satisfaction », au sujet de ce nouveau traité, au cours de sa rencontre avec la délégation palestinienne. Le communiqué disait que le Pape et le Secrétariat d’Etat du Vatican exprimaient aussi leurs espoirs que les négociations directes avec Israël puissent bientôt reprendre. 

« A cette fin, ce souhait a été réitéré, qu’avec le soutien de la communuaté internationale, Israéliens et Palestiniens puissent prendre des décisions courageuses, avec détermination, afin de promouvoir la paix », dit le communiqué du Vatican. 

Il ajoutait que le dialogue intereligieux est nécessaire pour combattre le terrorisme. 

Israël n’a pas fait de commentaires sur le compliment (déformé ou non) fait à Abbas, d’être un « Ange de Paix » (ou de le devenir), mais l’Etat juif s’est plaint qu’Abbas instrumentalisait cette visite pour marquer des points politiques. 

Il est regrettable que Mahmoud Abbas manipule des forum internationaux pour attaquer Israël et s’abstienne de revenir à la table des négociations, ce qui est l’unique bonne façon pour parvenir à une vision politique et à une solution vers la paix », avait déclaré le porte-parole du Ministère des affaires étrangères Emmanuel Nahshon.

Israël avait, un peu plus tôt, exprimé sa déception sur la reconnaissance d’un Etat de Palestine, par le Vatican, au moyen d’un traité, qui porte sur les activités de l’Eglise catholique dans les territoires palestiniens. 

 28 mai 2015, 11:01 pm

Adaptation : Marc Brzustowski